Enquête_6

Posté par enquetevic le 2 décembre 2009

Tom remonte son pantalon dans lequel il vient d’enfoncer sa chemise, il tient sa veste sur son bras. Mais il a encore chaud. Val paraît toujours aussi fraîche. Il lui demande :

- Bon et maintenant qu’est-ce qu’on fait ?

        Ils ressortent du bureau du vendeur de peau. Mr Robertson a été très aimable : il a répondu avec une extrême politesse à toutes les questions de ce jeune couple désireux d’acheter un tatouage, couverture qu’ils avaient décidé d’utiliser. Ils ont appris que les pièces de Vic étaient très rares et qu’il n’y en avait aucune sur le marché actuellement. Il n’y avait d’ailleurs que peu de chances qu’une d’entre elles soient à vendre : Vic avait arrêté de tatouer et les propriétaires de ses œuvres ne tenaient pas à s’en séparer. Mais bien sûr, il possédait en ce moment des œuvres magnifiques, il leur présenta quelques photographies.
A vrai dire, puisqu’ils insistaient, il ne comprenait pas cet engouement pour les tatouages de Vic. Oh oui, ils sont très beaux ! mais introuvables et sans aucune unité. Voyez-vous, certains tatoueurs (il disait artistes en les désignant) travaillent selon un thème, ce qui est bien pratique : ça aide les collectionneurs à s’y retrouver. Eh bien, Vic, pas du tout ! Elle se fie à son inspiration et dessine en fonction de la peau du tatoué. C’est très gênant, vous savez. Une fois le tatouage prélevé, ça ne donne pas du tout le résultat espéré. Les clients sont souvent déçus. J’ai bien tenté de l’expliquer à mademoiselle Vic. Vous savez ce qu’elle m’a répondu ? Qu’elle le faisait exprès ! Qu’elle peignait sur une peau vivante et que le tatouage devait mourir en même temps que la personne qui le portait. Ah ! les artistes ! Ce laïus avait arraché une remarque de Tom à propos de la progression de Vic dans son estime. Val avait demandé les prix des œuvres de Vic. La réponse, entre 10 000 $ et 100 000 $, avait provoqué un sifflement admiratif chez Tom. Cela n’avait pas manqué d’entraîner un haussement de sourcil (le droit) de la part de Mr Robertson. Ils en vinrent au vif du sujet : ils avaient entendu dire qu’une jeune fille s’était fait faire récemment un tatouage par Vic. Ils se demandaient si, par hasard, Mr Robertson était au courant. Il ne l’était pas, par contre il sembla très intéressé par cette information et voulut savoir qui était cette jeune fille. Il semblait que Mr Robertson n’avait plus rien à leur apprendre.

Laisser un commentaire

 

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cplespilettes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres